Tesho Akindele s’apprête à récolter le fruit de son grand choix à BC Place

« La meilleure atmosphère de match de toute ma carrière »

Né à Calgary en Alberta, Tesho Akindele a joué au soccer au Canada et aux États-Unis, mais pour l’attaquant de 24 ans, le soccer restait le soccer, peu importe où il a joué.

« J’ai commencé à jouer à Mississauga en Ontario puis j’ai déménagé à Winnipeg au Manitoba, puis aux États-Unis alors je crois que les enfants sont des enfants et que tout le monde jouait et avait du plaisir, ce qui était très bien pour mes premiers pas. »

Après avoir vécu les premières années de sa vie au Canada, Akindele et sa famille se sont installés au Colorado ou il a brillé au sein de l’équipe de l’École secondaire de Northglenn. Son parcours l’a conduit au Colorado School of Mines dans les rangs universitaires ou il a été quatre fois nommé au sein de l’Équipe d’étoiles nationale universitaire américaine et le meneur de tous les temps de son école avec 76 buts marqués. Son excellent parcours universitaire lui a donné l’impression qu’il possédait les outils pour tenter une carrière chez les professionnels.

« Après ma première saison universitaire, j’avais marqué plusieurs buts et même si j’étais en deuxième division, j’ai été retenu au sein de la première équipe d’étoiles nationale et je me suis dit que je pouvais y arriver. »

Même si ses statistiques à l’université étaient étincelantes, Akindele ne croyait pas qu’il était assuré d’être réclamé par une équipe de la MLS lors du repêchage annuel.

« Je ne pensais même pas être invite au Repêchage, croyant que peut-être que le Colorado m’offrirait un essai. Je n’avais aucune idée quelle équipe ou même si j’allais être réclamé alors c’est pourquoi je ne suis pas allé à la séance de sélection. Je me suis dit que si je n’étais pas réclamé lors des deux premières rondes, je ne voulais pas être sur place pour voir tous ces autres joueurs être réclamés alors je suis resté à la maison. C’était bien, j’étais avec ma famille, mes parents, ma copine et des amis de l’école. Dallas m’a contacté avant d’annoncer qu’ils me réclamaient alors je ne pouvais pas être plus heureux. »

Le 16 janvier 2014, FC Dallas a réclamé l’attaquant canadien en première ronde (sixième choix) du Repêchage de la MLS. Il a ensuite fait sa première apparition avec FC Dallas dans une défaite contre les Sounders de Seattle, trois mois plus tard, soit le 12 avril 2014, un moment très spécial pour Akindele.

« Ma mère était en ville pour ce match et c’était la première fois qu’elle venait à Dallas, alors c’était déjà très spécial. C’est un peu brouillé dans mes pensées. J’étais certainement nerveux et je me suis dit qu’il fallait que je coure. Après le match, ma mère et moi nous sommes allés prendre une crème glacée. Nous étions plutôt fous, mais c’était spécial. »

À sa première saison dans la MLS, Akindele a marqué sept buts, notamment un tour du chapeau à San Jose, sur 26 matchs, ce qui a conduit à sa nomination comme Recrue par excellence de la MLS en 2014. Son coéquipier canadien Cyle Larin a été nommé Recrue par excellence en 2015 et bien que les deux Canadiens aient eu quelques compétitions amicales come récipiendaires consécutifs, Akindele concède que Larin a eu le dessus sur lui.

« Il (Larin) n’a donné une râclée dans cette compétition, il marque un nombre incroyable de buts maintenant. C’est un joueur fantastique et chaque fois que je suis au camp avec lui avec le Canada ou que je regarde un match d’Orlando, il m’impressionne. Pour quelqu’un qui ne connaît pas encore Cyle Larin, beaucoup apprendront à le connaître. Essayez seulement de le suivre et vous verrez. »

Après avoir connu du succès à sa saison recrue dans la MLS avec FC Dallas, Akindele a été invité à un camp avec l’équipe nationale des États-Unis. Il a toutefois décidé de représenter le pays de sa naissance avant de rejoindre le parcours du Canada en qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ au mois de juin 2015.

« Ce fut une décision difficile parce que j’ai des liens importants aux deux pays », affirme Akindele. « J’ai toujours beaucoup de parenté au Canada et je retournais chaque été passer un mois chez mes grands-parents. J’ai aussi beaucoup d’amis et de famille ici aux États-Unis. En bout de ligne, j’étais citoyen canadien depuis ma naissance et citoyen américain depuis seulement quelques années alors chaque fois que je m’imaginais avec une équipe nationale c’était toujours avec le Canada. Maintenant que j’ai cette occasion, je dois la saisir. »

Une partie de sa décision de se joindre au Canada découle de la discussion qu’Akindele a eue avec l’entraîneur-chef de l’Équipe nationale masculine de Canada Soccer, Benito Floro.

« Je lui ai parlé un peu avant de prendre ma décision et il semblait croire en moi et il voulait vraiment que je me joigne au groupe. De plus, il a le parcours d’un grand entraîneur et il est bien respecté à travers le monde. Il a certainement joué un grand rôle (dans ma venue). »

Peu après sa décision de se joindre aux Rouges, Akindele a disputé son premier match international pour le Canada le 11 juin 2015 contre la Dominique. C’était pour lui la réalisation d’un rêve.

« C’était un grand moment, ma première expérience international dans les qualifications pour la coupe du Monde de la FIFA et nous avons gagné. Il y avait tellement de bonnes choses qui se passaient que c’était un moment rêvé.»

Cinq jours plus tard, Akindele marquait son premier but pour le Canada.

« Comme buteur, chaque fois que tu te joins à une nouvelle équipe ou que tu te retrouves dans une nouvelle situation, tu essaies de marquer un premier but assez tôt. Mon oncle assistait à ce match et c’était la première fois qu’il me voyait jouer. C’était très palpitant. Une autre belle journée au bureau et je suis heureux d’avoir marqué tôt dans mon parcours car comme buteur, plus ce premier but tard, plus il y a de la pression qui s’amasse sur tes épaules. »

Après 12 matchs de carrière internationale avec le Canada et à deux matchs d’une place en ronde finale de qualification de la CONCACAF, Akindele et ses compatriotes sont confiants à propos de leurs chances de passer à la prochaine étape vers une qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

« Nous avons un bel équilibre de jeunes nouveaux talents et de personnes qui sont autour de l’équipe depuis quelques années et c’est ce que vous voulez comme équipe : de jeunes gars enthousiastes (et) prêts à essayer de nouvelles choses et tout faire (ainsi que) des gars plus vieux qui l’expérience d’avoir traversé les saisons et qui sont prêts à transmettre des conseils pour nous guider. Tout le monde peut constater l’amélioration avec notre équipe et le fait que nous nous dirigeons dans la bonne direction. »

Après un match en déplacement contre le Honduras, le dernier match au mois de septembre sera disputé au stade BC Place contre le Salvador. C’est là un stade qu’Akindele connaît bien pour y avoir joué avec le Canada et FC Dallas, alors il sait que l’atmosphère sera fantastique.

« L’atmosphère est toujours incroyable dans ce stade que ce soit avec le Canada ou Dallas. LA dernière fois nous avions plus de 50 000 partisans contre le Mexique et c’était de loin le meilleur match. Tout le monde était enthousiaste. Les partisans du Mexique et du Canada ont créé la meilleure atmosphère dans lequel j’ai joué en carrière et c’est dans cette atmosphère que nous pourrons conclure cette ronde des qualifications de la Coupe du Monde de la FIFA. Ce sera simplement incroyable! »

Calendrier et résultats

Consultez la page Calendrier et résultats de Canada Soccer où vous pouvez trouver les horaires des matchs à venir et les résultats antérieurs menant aux faits saillants, aux photos, aux données des matchs et plus encore.