PRIORITÉS DE L’ACS POUR 2003

Ottawa, Ontario – Le président de l’Association canadienne de soccer (ACS), M. Andy Sharpe, a émis une déclaration aujourd’hui pour expliquer la position de l’ACS sur plusieurs questions d’intérêt, incluant le soccer professionnel au Canada, une possible expansion de la MLS au Canada, le besoin pour un stade national de soccer à Toronto et le nombre de matchs internationaux disputés au Canada.
Au cours du mois de février 2003, pas moins de six de nos équipes nationales seront en activité dans différentes régions de la planète, soit la Libye, la Floride, la Californie, Trinidad, la Jamaïque et les Émirats arabes unis. Notre équipe féminine de Coupe du monde est en voie d’entreprendre une importante préparation en vue de sa participation à la phase finale de la Coupe du monde 2003 en Chine, notre équipe masculine U20 participera à un deuxième championnat du monde juvénile consécutif et notre équipe masculine U17 tentera de se qualifier pour le championnat du monde U17, au mois de mars à Victoria, en Colombie-Britannique. Après avoir atteint la finale de la première édition du championnat du monde U19 féminin, notre équipe junior féminine prendra part à quatre événements aux États-Unis et en Europe, en préparation pour le championnat du monde U19 féminin 2004 de la FIFA. Notre équipe masculine de Coupe du monde affrontera la Libye, l’Estonie et l’Allemagne dans des matchs amicaux en plus d’un autre match, possiblement contre la Jamaïque, avant de prendre part à leur troisième tournoi consécutif de la Gold Cup en mois de trois ans et demie.

Ottawa, Ontario – Le président de l’Association canadienne de soccer (ACS), M. Andy Sharpe, a émis une déclaration aujourd’hui pour expliquer la position de l’ACS sur plusieurs questions d’intérêt, incluant le soccer professionnel au Canada, une possible expansion de la MLS au Canada, le besoin pour un stade national de soccer à Toronto et le nombre de matchs internationaux disputés au Canada.
Au cours du mois de février 2003, pas moins de six de nos équipes nationales seront en activité dans différentes régions de la planète, soit la Libye, la Floride, la Californie, Trinidad, la Jamaïque et les Émirats arabes unis. Notre équipe féminine de Coupe du monde est en voie d’entreprendre une importante préparation en vue de sa participation à la phase finale de la Coupe du monde 2003 en Chine, notre équipe masculine U20 participera à un deuxième championnat du monde juvénile consécutif et notre équipe masculine U17 tentera de se qualifier pour le championnat du monde U17, au mois de mars à Victoria, en Colombie-Britannique. Après avoir atteint la finale de la première édition du championnat du monde U19 féminin, notre équipe junior féminine prendra part à quatre événements aux États-Unis et en Europe, en préparation pour le championnat du monde U19 féminin 2004 de la FIFA. Notre équipe masculine de Coupe du monde affrontera la Libye, l’Estonie et l’Allemagne dans des matchs amicaux en plus d’un autre match, possiblement contre la Jamaïque, avant de prendre part à leur troisième tournoi consécutif de la Gold Cup en mois de trois ans et demie.
Tandis que le nombre accru de nos équipes nationales prend part à un nombre plus important d’événements et que notre sport enregistre un nombre record d’affiliations, faisant du soccer le sport de participation le plus populaire au pays, il est important pour nous de nous attaquer aux défis qui se sont dressés en raison de l’incroyable croissance de notre sport.
Il y a beaucoup de discussion et de spéculation récemment sur le statut du soccer professionnel au Canada. Récemment, nous avons rencontré le commissaire Dave Askinas de la United Soccer Leagues (USL). Nous lui avons indiqué que nous sommes heureux de pouvoir compter sur quatre clubs canadiens au sein de la A-League, mais il était impératif d’assurer une expansion de la A-League sur le territoire canadien dans un avenir rapproché. Nous avons une ligue professionnelle au Canada – la A-League – et c’est notre objectif de voir au moins six clubs canadiens au sein de ce circuit d’ici 2005. Nous sommes déjà au courant d’une mise en candidature sérieuse auprès de la A-League et de deux ou trois autres groupes qui sont en consultation auprès de la USL.
Nous avons obtenu un accord avec la A-League que dès le moment où six clubs canadiens se trouvent au sein de ce circuit, ils seraient regroupés au sein d’une division canadienne (même s’ils n’ont pas à disputer un calendrier géographiquement équilibré).
Nous accueillons donc l’expansion de la A-League au Canada et nous travaillons de près avec eux dans ce dossier.

Parallèlement, nous sommes aussi encouragés par la croissance récente de franchises de la W-League à travers le pays, supportant l’infrastructure de notre programme national féminin. Au sein du réseau de clubs de la USL, nous travaillons ici aussi en partenariat avec ce groupe afin de voir plus d’équipes à travers le Canada dans les années à venir, joignant les rangs des Breakers de Vancouver, du Fury d’Ottawa et de l’Inferno de Toronto. Nous suivons aussi la croissance de la Women’s United Soccer Association (WUSA) et de sa possible expansion au Canada dans les années à venir.
Nos joueuses doivent avoir une opportunité égale de jouer au soccer professionnel afin de leur permettre de réaliser leur plein potentiel et de mieux les préparer pour les défis du soccer international.
Nous travaillons très fort sur le développement de notre mise en candidature officielle pour accueillir la Coupe du monde de soccer féminin au Canada en 2007 avec un nouveau stade avec une surface de gazon naturel et 30 000 places à Toronto et l’utilisation du stade du Commonwealth à Edmonton (ce dernier serait certainement l’hôte de la finale).
L’autre question majeure qui affecte et qui représente un obstacle pour notre croissance continue est l’absence d’infrastructures adéquates pour jouer au soccer au Canada. Il est impératif que nous menions de l’avant un projet de construction d’un stade de soccer à Toronto.
La Ville d’Edmonton et le stade du Commonwealth ont irrévocablement démontré avec conviction qu’ils peuvent accueillir du soccer international. Nous avons maintenant besoin d’un stade dans l’Est du pays en plus du stade du Commonwealth d’Edmonton et du stade Swangard de Vancouver. La démolition du stade Varsity de Toronto a accentué ce besoin. Par ailleurs, nous avons bien hâte de retourner au stade Claude-Robillard de Montréal cet été pour la présentation d’un match international amical entre notre équipe féminine de Coupe du monde et celle de la Corée du Sud.
Nous travaillons extrêmement fort sur ce projet de stade de soccer à Toronto via le soutien du programme du Projet Goal de la FIFA.
Nous avons noté le développement continu des ligues telles que la Professional Development League dans l’Ouest du Canada et la Canadian Professional Soccer League en Ontario, qui continue de prendre de l’expansion et de souligner la nécessité pour nos joueurs de talent de jouer au-delà du niveau amateur. C’est un fait de la vie au soccer canadien que les joueurs qui ont l’ambition de jouer ce sport au plus haut niveau possible doivent aller à l’étranger. Quoique cela soit possible pour un certain nombre de nos joueurs, il ne devrait pas être permis que cela se poursuivre.
Le succès persistant de la Major League Soccer (MLS) aux États-Unis a été son impressionnante habileté à développer les joueurs locaux afin qu’ils puissent être plus compétitifs sur la scène internationale. Ce point a été prouvé par la prestation de l’équipe américaine à la dernière phase finale de la Coupe du monde de la FIFA en 2002.
C’est avec ceci en tête et la nécessité évidente d’avoir un locataire régulier dans le futur stade de Toronto que l’ACS s’est récemment impliqué dans un effort pour amener une franchise de la MLS à Toronto dans un avenir rapproché, qui serait formée principalement de joueurs canadiens.
Une franchise de la MLS à Toronto permettrait aux 20 ou 30 meilleurs joueurs canadiens d’avoir l’option de jouer au plus haut niveau de soccer professionnel en Amérique du Nord devant des supporters locaux. Ceci permettrait aussi d’avoir un locataire régulier pour un stade de soccer qui serait aussi un des sites à venir pour des matchs amicaux internationaux, des tournois et des championnats.
Il a eu beaucoup de discours sur le manque de matchs à domicile disputés par notre équipe nationale de Coupe du monde. Il est clair que nous devons jouer plus de matchs au Canada. La combinaison de facteurs tels la disponibilités des joueurs, le manque d’infrastructures de qualité dans l’Est du Canada, les restrictions au niveau du transport et le calendrier international de plus en plus exigeant, tel que le tournoi de la Gold Cup de la CONCACAF, ont créé des complications et des obstacles pour l’accueil de tels matchs au Canada.
Nous aurions espéré pouvoir accueillir un match à Edmonton en mai 2003 mais nous n’avons pas eu de succès à pouvoir nous entendre avec un adversaire de haut niveau. De plus, la fédération allemande de football nous a présenté une occasion qu’on ne pouvait pas refuser, celle d’affronter les finalistes de la dernière Coupe du monde, le 1er juin en Allemagne. Ces facteurs, en plus du tournoi de la Gold Cup qui sera disputé au cours de l’été ont fait en sorte que ce sera difficile pour nous de jouer à domicile en 2003. Nous avons hâte à 2004 où nous disputeront plusieurs matchs préparatoires au pays avant d’entreprendre le tournoi de qualification pour la Coupe du monde de 2006
Ainsi donc, notre équipe féminine de Coupe du monde, qui n’a pas à faire face aux mêmes problèmes de disponibilité des effectifs que leurs collègues masculins, disputera au moins quatre matchs au Canada dans ses préparatifs pour la phase finale de la Coupe du monde de soccer féminin. Ces matchs auront lieu à Edmonton, Vancouver, Toronto et Montréal. Quand tous ces projets en cours seront complétés, nous espérons de pouvoir accueillir encore plus de matchs dans toutes les régions du Canada.
Victoria sera la ville-hôte du tournoi de qualification U17 masculin de la CONCACAF en mars 2003. La ville était l’hôte du tournoi de qualification U20 masculin de la CONCACF en février 2001 et a été un des sites pour les matchs du tournoi féminin de la Gold Cup l’an dernier. Le Canada a aussi accueilli la première édition du championnat du monde U19 féminin de la FIFA en 2002 et a entrepris des pourparlers préliminaires pour accueillir le tournoi de la Gold Cup 2005 et la phase finale de la Coupe du monde féminine de la FIFA en 2007.
Le succès de ces entreprises et l’attrait d’événements internationaux de haut profile pourraient bien dépendre de notre capacité à bâtir un stade de soccer à Toronto ainsi que dans d’autres sites à travers le pays.
Puisque le soccer profite d’une visibilité, d’un intérêt et d’une croissance record au pays, il est impératif que nous renforcions l’infrastructure existante mais nous devons aussi viser à bâtir de nouvelles structures de soutien pour que notre sport puisse atteindre un potentiel sans limite au Canada. C’est le défi de l’ACS.
Andy Sharpe
Président
Association canadienne de soccer

Lignes directrices pour un retour au soccer

Canada Soccer décrit les lignes directrices pour un retour au soccer. Les lignes directrices pour un retour au soccer fournissent aux organisations membres un processus en cinq étapes, incluant une liste de questions pondérées appelée outil d'évaluation du retour au soccer.