Adam Straith parmi le noyau de convaincus pour Russie 2018

“Nous avons maintenant une équipe qui fait plus qu’y croire”

Écrit par Tyler Green | Photos de Bob Frid

Avec un parcours qui a démarré par une traversée de Victoria à Vancouver suivi par des vols vers l’Allemagne et la Norvège, Adam Straith a franchi bien des kilomètres pour se tailler une place au sein de l’Équipe nationale masculine de Canada Soccer.

Avant de faire ses premiers pas sur la scène internationale, le garçon de la Colombie-Britannique a entamé sa pratique du ballon rond à l’âge de cinq ans dans l’équipe de son grand frère.

« À l’époque, ma mère dirigeait l’équipe de mon frère Luke et elle m’amenait avec elle aux entraînements pour s’occuper de moi sur place. Alors que les autres garçons étaient deux ans plus âgés que moi, j’ai tout de suite commencé à m’entraîner avec des joueurs plus vieux et plus forts que moi. »

Jouer contre des plus vieux et des plus grands est un aspect que le joueur maintenant âgé de 25 ans n’a jamais regretté.

« J’ai toujours aimé le défi de jouer contre des gars qui étaient plus matures que moi sur le plan physique. J’ai dû apprendre plus rapidement. Je crois que c’est la meilleure façon pour les enfants qui veulent vraiment s’améliorer de sortir de leur niveau de confort à un jeu âge et d’affronter des joueurs plus vieux. Cela m’a certainement aidé. »

Après un parcours junior sur l’île de Vancouver, Straith a ensuite tenté de poursuivre sa voie dans une université américaine, mais il a plutôt eu l’occasion de se joindre au nouveau programme d’académie des Whitecaps de Vancouver.

« L’entraîneur m’a présenté le programme et l’occasion d’avoir éventuellement une occasion de jouer en Europe, ce qui était le plus grand argument pour moi. Le programme réunissait un groupe de joueurs qui n’avaient réalistement aucune idée de ce qu’était un environnement professionnel pour ensuite développer un sens de ce que les jeunes faisaient dans les clubs professionnels en Europe. »

20160325_Match_byFrid26

« J’ai pu terminer mes études secondaires ce qui était important pour moi. Je crois que sans ce programme, mon passage en Europe aurait été beaucoup plus difficile. »
Ce déplacement en Europe a été la prochaine grande aventure de Straith alors qu’il s’est joint au Energie Cottbus du championnat d’Allemagne, où il a une fois de plus été force d’élever son jeu d’un cran.

« Quand je suis arrivé dans le système allemand, le pays avait la réputation de développer des joueurs de classe mondiale. L’élément que j’ai dû apprendre le plus rapidement était de jouer avec des gars qui étaient techniquement meilleurs que mois, mais aussi le fait de saisir leur compréhension du jeu. Cela m’a aidé à progresser dans ma carrière. »
Sans jamais reculer devant les défis, après cinq années en Allemagne avec Energie Cottbus, FC Saarbrücken et SV Wehen Wiesbaden, Straith est passé en Norvège en janvier 2015 pour jouer pour Fredrikstad en première division de ce pays.

« Je croyais avoir besoin d’un changement, d’une nouvelle culture, d’un autre pays et d’un autre défi. L’occasion s’est présentée et c’était quelque chose qui m’intéressait. Je désirais surtout jouer à nouveau et c’est ce qu’on m’offrait en Norvège. »

Toute cette expérience a ultimement conduit à l’inclusion du joueur originaire de Victoria au sein de l’Équipe nationale masculine de Canada Soccer, bien que l’expérience de Straith au sein du programme nationale ait démarré plus tôt dans sa vie avec le programme U17.

« Je me souviens d’avoir reçu le courriel et je ne peux décrire le sentiment d’avoir cette première occasion. C’est le plus grand honneur dans notre sport, mais cette première fois comme jeune athlète m’a rempli de fierté. »

Après avoir grimpé les échelons du programme national, Straith a disputé un premier match international senior le 24 mai 2010 contre une très grosse équipe de l’Argentine.
« Comment imaginer meilleur scénario pour un premier match », lance-t-il.

Malgré cette expérience mémorable contre l’Albicelesteaprès quatre ans au sein du programme junior, le premier match officiel de Straith en qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA™ contre Sainte-Lucie était quelque chose de fort différent.

« Quand tu as 17 ans, tu ne connais pas grand-chose et tu prends les choses comme elles viennent. Avec les équipes seniors, les matchs ont tellement plus de signification. C’est toujours un honneur, mais de jouer un véritable match de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA est une coche au-dessus. »

Toujours jeune malgré ses 35 matchs internationaux, Straith cite Julian de Guzman et Atiba Hutchinson comme les véritables leaders et capitaines de l’équipe. Il se voit comme un vétéran et un leader, transmettant ses connaissances aux plus jeunes joueurs et jouant un rôle de pont avec les joueurs plus jeunes et moins expérimentés.

« C’est comme si je suis à un âge ou les joueurs plus jeunes peuvent se sentir plus à l’aise ou ils s’identifient plus à un gars de 23, 24 ou 25 ans comparativement aux joueurs plus expérimentés alors j’aime être le gars qui fait le pont entre les deux. »

Avec deux matchs à jouer dans cette ronde desQualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, l’édition actuellement de l’équipe canadienne a une apparence différente qui n’échappe pas à Straith.

« C’est la mentalité. Nous avons maintenant une équipe qui croit (et) sait qu’il est possible d’aller dans des environnements hostiles et obtenir des résultats. Nous avons un mélange de gars qui ont participé aux derniers cycles, mais aussi des jeunes qui n’ont pas vécu ces expériences et qui sont remplis de confiance. Ce mélange a été positif pour nous et Benito (Floro) a inculqué de bonnes tactiques et une philosophie qui nous donne cette petite conviction de plus que nous pouvons sortir et remporter des matchs. »

Le dernier match du Canada dans cette ronde sera joué contre le Salvador à Vancouver. Puisque la rencontre sera disputée au Stade BC Place aussi près de la maison, l’ancien joueur du club Bays United croit vraiment que l’expérience sera spéciale.

« Ce premier match contre le Honduras (en novembre 2015 à BC Place) a probablement été le match, la journée et la victoire les plus heureuses de ma vie jusqu’à maintenant. Étant parti de chez moi aussi jeune, d’avoir mes parents et amis à un très important match de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA. C’est quelque chose que je ne prends certainement pas pour acquis. Je n’ai jamais été aussi fier. »

Avec la destinée du Canada entre ses mains, Straith sait que les deux prochains matchs particulièrement celui à Vancouver sont des matchs qui pourraient allumer davantage la confiance de la nation envers cette équipe. Straith espère jouer son rôle pour réveiller la passion pour le soccer chez les Canadiens de partout au pays.

« Venir au match contre le Salvador est une chance de voir quelque chose qui n’a pas été réalisé depuis longtemps. Nous avons des jeunes joueurs fantastiques, des vétérans d’expérience. C’est une occasion de sortir et de regarder un moment d’histoire et quelque chose que nous espérons être quelque chose de très spécial. »


Les billets pour le match crucial de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ Canada v Salvador sont en vente maintenant via canadasoccer.com/ticketsà partir d’aussi peu que 25$ (plus les frais applicables). Un rabais spécial MOI+3 sur un lot de quatre billets est disponible dans certaines sections alors que les groupes de 10 personnes ou plus peuvent recevoir des rabais allant jusqu’à 30% sur le prix de billets réguliers. De plus, les sièges Clubs à BC Place sont disponibles pour les partisans cherchant à obtenir une expérience de jour de match premium et incluent un foulard Canada Soccer avec chaque billet.  

Balado Canada Soccer Nation

Le balado Canada Soccer Nation (en anglais) est animé par Jason deVos et présente des invités du soccer canadien qui discutent d'une vaste gamme de sujets, comme le soccer de base, la formation des entraîneurs et le développement des clubs. Voyez les épisodes disponibles maintenant!